CAMUS Albert – Lettres signées

800.00 

Albert CAMUS (1913 – 1960), écrivain français

Catégories : , ,

CAMUS Albert - Lettres signées

Bel ensemble autour du voyage d’Albert Camus en Uruguay composé d’une lettre de l’écrivain et de sa secrétaire, Madame Labiche.

Lettre signée à Madame Casal Amigos del Arte (…) Uruguay. Paris, 28 juin 1948 ; 1 page in-8° sur papier en-tête de la librairie Gallimard.
Camus organise son prochain déplacement en Amérique du Sud : « Je vous remercie très vivement de votre invitation et j’accepte bien volontiers de parler à Montevideo à l’occasion de mon voyage en Amérique du Sud. Je dois cependant vous signaler que ce voyage est remis au mois de Mai prochain et je vous serai très reconnaissant de bien vouloir m’indiquer si votre invitation serait toujours valable. Dans ce cas, je vous remercierais de cette occasion de vous connaître ainsi que votre pays… »

Lettre signée de la secrétaire de Camus, Madame Labiche, à Sarah Marquez. Paris, 28 avril 1948 ; 1 page in-8° sur papier en-tête de la librairie Gallimard.
Lettre sur les préparatifs du prochain départ de Camus en Amérique du Sud : « Je vous écris au nom de Monsieur Albert Camus pour vous remercier de votre lettre et vous prévenir que Monsieur Camus vient de partir pour une quinzaine de jours en Angleterre. Il ne rentrera donc que dans les environs du 15 Mai et si je puis me permettre de vous donner un conseil, je vous dirai de vous mettre de nouveau en rapport avec lui à cette date… »

Après la fin de la seconde guerre mondiale, la France entreprend de rétablir les relations avec l’Amérique du Sud. C’est dans ce cadre-là qu’Albert Camus entreprend une tournée en Amérique latine de juillet à août 1949. Il est le représentant de la nouvelle littérature française avec Sartre. Au moment de son voyage Camus termine « Les Justes » et travaille déjà à « L’homme révolté ». Son voyage n’est pas une réussite, ses amis lui manquent, s’ajoute à cela une santé fragile. Il rentre en France grippé et extrêmement fatigué. Ce voyage laisse peu de traces dans l’œuvre ultérieur de Camus, c’est un rendez-vous manqué.