FRANQUIN André – Lettre autographe signée

1,500.00 

André FRANQUIN (1924 – 1997), auteur belge de bande dessinée

FRANQUIN André - Lettre autographe signée

Lettre autographe signée aux frères Vivant. Bruxelles 6 janvier 1978 ; 3 pages in-4° sur papier en-tête accompagné d’un billet autographe avec la maquette de Vangophan ; avec enveloppe.
Lettre très intéressante qui aborde les procédés de mise en couleur des albums de Spirou : « J’ai beaucoup tardé à vous répondre !…Pour le courrier en retard, Gaston (Lagaffe) n’est pas le plus fort…Ne m’en veuillez pas. Merci pour votre album. Il y a beaucoup de qualités dans ces dessins, c’est vivant, joyeux et le mouvement est bon. Il faudrait que le dessin se précise un peu, tout en gardant ses allures de « premier jet ». C’est bien que ce ne soit pas trop « léché ». La mise en couleur aux feutres est une petite performance, et le résultat n’est pas aussi catastrophique que vous le dite. Il y a plusieurs procédés pour le coloriage. Le plus souvent, les couleurs sont appliquées sur un support séparé. Je vous fais une image – idiote- pour vous montrer le système le plus fréquent à Spirou. Sur le dessin au trait, on met un film – échantillon joint – sur lequel on travaille aux crayons de couleur de bonne marque. Ça peut se faire sur un calque, beaucoup moins cher, mais le film « prend » le crayon beaucoup mieux et on y voit plus clairement ce que sera le résultat final. Ces couleurs sur film ne sont qu’une indication pour le coloriste professionnel qui les recopiera sur un papier spécial collé au dos d’un film à la taille du journal. Ces couleurs sont photographiées alors sur des machines spéciales. Ce procédé est propre à Spirou. Ailleurs, la plupart du temps, le dessinateur envoye sa planche en noir et reçoit une reproduction en gris léger ou bleu léger sur papier dessin, à la taille de parution. C’est ce support qu’il met en couleurs, le + souvent à la gouache ; mais on utilise aussi les encres de couleur, + rarement l’aquarelle et certains font même des ajouts de pastel (sec) (…) C’est tout ce que je vois à vous dire (…) »

« Attention pour le VANGOPHAN, si vous en trouvez : il y a deux qualités : celle-ci, la bonne, N°70A4, et une autre où le crayon prend beaucoup moins bien. Le bon est légèrement bleuté, quand on le compare à l’autre. »