SIGNAC Paul – Lettre autographe signée

SIGNAC Paul – Lettre autographe signée

2,000.00 

SIGNAC Paul - Lettre autographe signée

Lettre autographe signée « PS » au peintre et ami Henri Person. S.l.n.d. ; 8 pages in-8° sur papier monogrammé.
Belle lettre amicale de Signac qui évoque tour à tour une exposition raté, les réunions en tant que président de la société des artistes indépendants, et en profite pour critiquer au passage les œuvres exposées par ses confrères.
Il remercie des encouragements utiles de son ami : « La peinture fait bien sur ce fond blanc et je suis content de l’effet et de la présentation ; il y a bien assez de numéros. De l’avis des peintres – de ceux que je sais sincères – les derniers tableaux sont les meilleurs – n’en demandons pas plus – La petite fête du lundi a été un peu ratée. Quand je suis arrivé samedi – en même temps que Fénéon retour d’Allemagne. Le catalogue et les affiches n’étaient pas prêtes. On ne les a eus que lundi soir. Donc peu de monde ce jour là sauf quelques amis qui bien (que) non prévenus sont venus tout de même et des peintres qui font la tournée du lundi. Enfin cette cérémonie n’a guère d’importance – et hier il y avait déjà plus de monde – vendu un grand dessin – Paris est triste et noir – Hier comité après demain assemblée générale – Mardi recomité – Puis après je filerai = il fait noir – Et vous, ami travaillez vous ? Vivez, mon bon Person, vivez mieux et d’avantage – Emmagasinez des sensations – Vous verrez quand les ans s’accumuleront, combien vous regretterez de n’avoir pas profité davantage de la vie – Vous avez tout ce qu’il faut pour être un bon peintre et un homme heureux. Vous savez si je vous embête avec mes conseils dites le moi.. et au contraire si vous voulez m’entendre, c’est toujours avec grande joie que je vous dirai ce que je crois devoir être – non le bien.. qui sait sauf le pape ou est le bien et le mal – mais le fortifiant (…) Dimanche 7 première épreuve de l’année dès 6h50 à Cannes – Je tâcherai d’y être – Savez vous que vous avez mis l’inquiétude dans l’âme de Luce, en lui disant, o jeune homme, que j’vais des ennuis avec mon Sindbad – Je l’ai rassuré d’ailleurs, car je suis complètement satisfait de cet excellent bateau. Croyez bien que je ne suis pas ennemi de cette conversation à la Royale ; il faut bien « blaguer un peu » – Vu d’atroce Théo et de veules Lebasque, et d’aigres Manguin, chez Manzic, à côté d’amusants Bonnard et de vigoureux Valtat – Théo, c’est navrant »

 

Scans des autres pages de la lettre sur demande