Dessin original Hugo Pratt

 

Considéré comme un des grands maitres de la bande dessinée, Hugo Pratt a décidément laissé son empreinte dans l’univers du 9e art. En effet, c’est un des rares dessinateurs à avoir fait évoluer la BD au rang de publication réservée aux enfants. Sous son impulsion, le 9e art est aujourd’hui comparable à la littérature et au cinéma. Cependant, il faut dire que sa notoriété et son savoir-faire ont vraiment éclos après 30 ans de carrière.

 

Qui est Hugo Pratt ?

Considéré comme l’un des plus grands dessinateurs de tous les temps, Hugo Pratt est né en 1929 à Venise. C’est un homme qui a réussi à créer tout un univers et surtout rendu plusieurs personnages très réels. Il est aussi considéré comme un personnage de bande dessinée, sous le crayon de son confrère et ami Milo Manara. La particularité de son travail, c’est son trait et sa mise en scène qui a révolutionné la bande dessinée en Italie. D’ailleurs, il est l’un des dessinateurs italiens les plus connus hors de son pays. Mais on peut difficilement dire quel était son pays d’adoption, car il a énormément voyagé durant sa vie. De plus, il est parvenu à se sentir chez lui dans chaque pays où il est allé.

Hugo Pratt était considéré comme un grand érudit et rien ne lui était étranger : occultisme, ésotérisme, géographie, cartographie, histoire, aventure, récits de voyage, etc.

Tous ses personnages sont empreints d’une forme de romantisme désabusé qui les pousse le plus souvent à prendre parti en ce qui concerne des causes justes, notamment l’oppression, et ceci quelle que soit sa forme. Ils ont aussi tendance à s’en détourner dès lors qu’ils se rendent compte que la victoire était acquise. Pour autant, ce ne sont pas des justiciers, mais tout simplement des témoins objectifs de leur époque en se trouvant au bon endroit au bon moment.

 

Ce qui frappe le plus à la lecture d’un dessin original hugo pratt, c’est sans doute le souci du détail dans la mise en scène. En effet, on se rend compte qu’il a abattu un travail de titan lorsqu’il s’est agi de donner du réalisme et de la maitrise. De plus, chaque scène est décrite comme s’il en avait été témoin et son trait ressemble un peu à un « story board » de cinéma. Il a surtout réussi la prouesse de faire passer dans ses dessins des effets de caméra, des ralentis, des mouvements de caméra et même du son. Ce qui est assez incroyable. Et ce n’est pas fini ! Il a réussi à assembler son œuvre pour en faire une vaste fresque où les personnages secondaires d’un récit croisent le personnage central d’un autre. Ce qui rend son œuvre tout à fait unique, surtout si l’on sait que ce sont ses dons pour le dessin qu’il l’ont permis de réaliser des œuvres inimitables.

 

Les principaux personnages de l’œuvre d’Hugo Pratt

À travers ses différentes œuvres, Hugo Pratt a pu concevoir un véritable univers à travers des personnages légendaires. Parmi ceux-ci, nous avons :

 

  • Corto Maltese: le dessin original Corto Maltese renvoi à un marin qui ne se contente pas de naviguer. C’est un anarchiste, libertaire, rêveur, occultiste et sceptique qui a tendance à prendre parti pour toutes les causes qu’il considère comme juste. Témoin des années 1900 à 1930, il a su traverser les révolutions, la guerre mondiale ou encore les troubles.
  • Sven, l’homme des Caraïbes: c’est un personnage tout à fait fascinant et qui loue sa vedette aux riches des Caraïbes. Témoin de son époque, il ne pose pas de questions comme Corto Maltese, mais juste de vivre le temps d’une histoire.
  • Emie Pike : c’est un journaliste et correspondant de guerre qui a été sur tous les fronts, notamment la deuxième guerre mondiale, la guerre de Corée et même le Vietnam. C’est un personnage qui nous permet de savoir que l’héroïsme ne se situe pas seulement au niveau de faits d’armes, mais qu’il fallait creuser un peu plus loin.
  • Les scorpions du désert : deuxième guerre mondiale, ses coloniaux loin du pouvoir central, l’Afrique, etc., autant de choses qui captivent littéralement le lecteur. Ce sont des personnages composés d’Africains, de Français, d’Allemands, d’Anglais et d’Italiens. Ils se rencontrent, s’allient et se combattent dans un récit étrange.
  • Sergent Kirk : c’est un sergent de l’armée nordiste qui prend conscience du génocide indien. Du coup, il déserte pour rejoindre ses anciens ennemis puis sera accepté par les Peaux-Rouges puis réhabiliter dans l’armée. Un autre idéaliste qui est déchiré entre les idéaux de son époque et les siens propre.
  • Criss Kenton: c’est un personnage qui a vécu entre 1774 à la Guerre Civile dans l’ouvrage Fort Wheeling. Il s’agit d’un jeune virginien qui est aux prises avec les Indiens, les tuniques rouges, les colons britanniques, les allemands ou encore les hollandais. De l’armée coloniale anglaise aux bataillons rebelles, c’est un personnage qui a combattu non pas pour son pays, mais plutôt pour sa terre natale.
  • Ann de la Jungle : Il s’agit de deux adolescents en Afrique noire dans les années 1910. Un récit retraçant une grande aventure, surtout avec le personnage secondaire : Tipperary O’Hara qui préfigure Corto Maltese.

 

Corto, c’est Hugo. Hugo, c’est Corto

Parmi les personnages les plus légendaires chez Hugo Pratt, on a incontestablement Corto Maltèse. C’est un personnage mythique, un esprit libre et curieux de tout que l’on peut considérer comme le double du personnage d’Hugo Pratt. En effet, celui-ci est un artiste nomade, latin et ouvert à toutes les cultures. Ils partagent surtout en commun le gout de l’aventure de même que certaines références culturelles. Que ce soit la Florence, la Suisse, l’Argentine, le Brésil ou encore l’Éthiopie, toutes les expériences de Corto Maltèse laissent penser qu’il s’agit d’Hugo Pratt.

On est surtout conforté dans cette hypothèse par ses yeux verts, son anneau à l’oreille, son caractère distant et dandy. De 1941 à 1945, il fut surtout le plus jeune soldat de Mussolini. Prisonnier des alliés puis libéré, prisonnier des Allemands, embrigadé dans la police maritime allemande, déserteur puis engagé dans la marine

Britannique, autant dire que le dessin original Corto Maltese est un personnage à l’histoire mouvementée.

À la fois complexe et ambiguë, Corto est un personnage qui milite avec désenchantement et parfois avec une petite dose de cynisme. D’abord, il le fait pour ses propres intérêts, mais aussi dégage une forme d’humanisme ostentatoire et une profonde compréhension des hommes.

pratt-voilier

L’œuvre d’Hugo Pratt : réalité ou fiction ?

Dans l’univers de Corto Maltèse, vous y verrez inéluctablement une certaine association entre réalité et fiction, des acteurs imaginaires et historiques qui se croisent et se recroisent d’un bout à un autre. En effet, les récits reposent presque toujours sur un fond historique comme le siège du Port-Arthur en 1905, l’insurrection irlandaise, etc. Il faut dire que le monde des BD de Pratt semble irréel, mais la mise en scène de personnages célèbres, le rapport rigoureux à l’histoire et l’importance des rapports humains en font un univers tout à fait familier et crédible.

Le plus souvent, l’idée de base est un éclair, un flash, notamment quelqu’un revient d’Afrique et qui lui raconte quelque chose. Ce qui lui permet d’avoir une idée de base qui lui permettra de creuser encore plus profond.

 

Un style graphique inimitable

La particularité de Pratt, c’est sans doute son style graphique qui est reconnu et reconnaissable au premier regard. Il affirme surtout que son style est le résultat de toute une vie de recherche. En effet, la particularité de son dessin original hugo pratt est le résultat de plus de 50 ans de travail. Ce qui lui donne un style tout simplement inimitable. Son objectif, c’était de tout faire comprendre au lecteur à travers un dessin. Un objectif qu’il a pu largement remplir au vu de ses derniers dessins. Avec ce style particulier constitué de noir et de blanc, l’esthétisme de Pratt est mis au gout du jour.

 

Il faut dire qu’au début de sa carrière, Hugo Pratt fut vraiment influencé par Milton Caniff, le maitre du clair-obscur et de l’encrage au pinceau. Ce n’est qu’à la fin des années 60, en se rendant vers une forme de stylisation qu’il va évoluer vers une forme d’écriture graphique très personnelle et novatrice. À la fin des années 70, Hugo Pratt versa dans une épuration graphique qui, souhaitant se concentrer sur l’essentiel, perdit parfois en expressivité.

 

Le concernant, il confessait qu’il crayonnait très peu et qu’il dessinait toujours directement, par dessin et par vignette. Son objectif, c’était de faire en sorte de ne pas revenir en arrière. La plupart de ses admirateurs savaient que l’obsession de Pratt a toujours été d’aller de l’avant, aussi bien dans la vie réelle qu’à travers ses œuvres. Il s’est aussi toujours servi de l’encre noire comme s’il s’agissait d’une couleur.

 

Au fil des années, nous avons surtout appris qu’Hugo Pratt ne préparait jamais à l’avance la structure de sa planche. La mise en place est toujours très classique avec 4 bandes et le gaufrier et son repère est presque immuable. Et pourtant, certaines de ses planches sont absolument superbes.